IA détection sans-abris

IA aux USA : elle traque les sans-abris vivant en voiture

Une innovation technologique majeure a vu le jour à San José, en Californie. Une intelligence artificielle (IA) est actuellement en cours de formation pour identifier les véhicules utilisés comme logements par les sans-abris. Ce projet, bien que novateur, soulève des questions importantes concernant la vie privée et le devenir des personnes sans domicile fixe.

Comment fonctionne cette IA ?

Le fonctionnement de cette IA est assez simple. Des caméras ont été installées sur un véhicule municipal qui circule dans la ville. Ces caméras collectent des images des rues et des espaces publics. Ces images sont ensuite utilisées pour entraîner les algorithmes de l’IA à détecter les tentes et les voitures des sans-abris.

Quels sont les critères de détection ?

Les algorithmes sont entraînés à détecter des « signes d’habitation par procuration ». Par exemple, les vitres sont-elles couvertes à l’intérieur du véhicule ? Y a-t-il des serviettes ? Y a-t-il des déchets à l’extérieur du véhicule, ce qui suggère que des habitants auraient mangé et qu’ils ont du mal à se débarrasser des détritus ? Ces signes sont autant d’indices qui permettent à l’IA de faire la différence entre un véhicule vide et un véhicule utilisé comme logement.

Quelle est la précision de cette IA ?

Actuellement, les algorithmes détectent les camping-cars habités avec une précision d’au moins 70%. Cependant, ce taux de réussite tombe à seulement 10 à 15% pour les voitures habitées. L’objectif du programme est d’atteindre une précision moyenne d’au moins 70%.

Quels sont les futurs développements prévus ?

A terme, le dispositif devrait être installé sur l’ensemble de la flotte de véhicules municipaux de la ville. Les caméras pourraient également être utilisées pour détecter les animaux perdus ou les infractions au code la route.

Qu’en est-il de la vie privée ?

La question de la vie privée est une préoccupation majeure. Cependant, les responsables du projet assurent qu’aucune image d’individus n’a été capturée ou conservée par la ville. Les données collectées sont destinées aux services du logement et des parcs de la ville. La police peut toutefois demander l’accès aux images précédemment stockées par le programme.

Quelles sont les inquiétudes liées à ce projet ?

Les travailleurs de proximité locaux et les associations de défense des sans-abris s’inquiètent que cette technologie ne soit utilisée pour punir et expulser les résidents sans logement de San José. De plus, si aucun endroit n’est prévu pour reloger ces personnes, l’utilité de ce programme est remise en question.

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut